Bonjour et bienvenue!

L'équipe du Forum te souhaite une bonne journée.




 
AccueilPortail1FAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poème du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Vicomte
Second
Second


Nombre de messages : 2604
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-02-27, 08:08

Hum, joli aussi le tiens...

Samedi 27 février


Théophile Gautier son poème sur le Carnaval de Venise



Variations sur le Carnaval De Venise



Carnaval
Venise pour le bal s'habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé.

Arlequin, nègre par son masque,
Serpent par ses mille couleurs,
Rosse d'une note fantasque
Cassandre son souffre-douleurs.

Battant de l'aile avec sa manche
Comme un pingouin sur un écueil,
Le blanc Pierrot, par une blanche,
Passe la tête et cligne l'oeil.

Le Docteur bolonais rabâche
Avec la basse aux sons traînés;
Polichinelle, qui se fâche,
Se trouve une croche pour nez.

Heurtant Trivelin qui se mouche
Avec un trille extravagant,
A Colombine Scaramouche
Rend son éventail ou son gant.

Sur une cadence se glisse
Un domino ne laissant voir
Qu'un malin regard en coulisse
Aux paupières de satin noir.

Ah! fine barbe de dentelle,
Que fait voler un souffle pur,
Cet arpège m'a dit : C'est elle !
Malgré tes réseaux, j'en suis sûr,

Et j'ai reconnu, rose et fraîche,
Sous l'affreux profil de carton,
Sa lèvre au fin duvet de pêche,
Et la mouche de son menton.

Théophile Gautier - Émaux et Camées
Revenir en haut Aller en bas
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-02-28, 07:53

Très joli aussi, beau Carnaval > période propice pour se déguiser...







Carnaval est revenu

Carnaval est revenu
L'avez-vous vu ?
Il est passé dans la rue
Ni vu
ni connu
Il porte un masque de carton
Et souffle dans un
mirliton
Coiffé d'un chapeau biscornu
Mon p'tit bonhomme
À quoi
joues-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-02-28, 08:18


Jean-Pierre Claris de FLORIAN (1755-1794)


L'habit d'Arlequin

Vous connaissez ce quai nommé de la Ferraille,
Où l'on vend des oiseaux, des hommes et des fleurs.
A mes fables souvent c'est là que je travaille ;
J'y vois des animaux, et j'observe leurs moeurs.
Un jour de mardi gras j'étais à la fenêtre
D'un oiseleur de mes amis,
Quand sur le quai je vis paraître
Un petit arlequin leste, bien fait, bien mis,
Qui, la batte à la main, d'une grâce légère,
Courait après un masque en habit de bergère.
Le peuple applaudissait par des ris, par des cris.
Tout près de moi, dans une cage,
Trois oiseaux étrangers, de différent plumage,
Perruche, cardinal, serin,
Regardaient aussi l'arlequin.
La perruche disait : " J'aime peu son visage,
Mais son charmant habit n'eut jamais son égal.
Il est d'un si beau vert ! - Vert ! dit le cardinal ;
Vous n'y voyez donc pas, ma chère ?
L'habit est rouge assurément :
Voilà ce qui le rend charmant.
- Oh ! pour celui-là, mon compère,
Répondit le serin, vous n'avez pas raison,
Car l'habit est jaune-citron ;
Et c'est ce jaune-là qui fait tout son mérite.
- Il est vert. - Il est jaune. - Il est rouge morbleu ! "
Interrompt chacun avec feu ;
Et déjà le trio s'irrite.
" Amis, apaisez-vous, leur crie un bon pivert ;
L'habit est jaune, rouge et vert.
Cela vous surprend fort ; voici tout le mystère :
Ainsi que bien des gens d'esprit et de savoir,
Mais qui d'un seul côté regardent une affaire,
Chacun de vous ne veut y voir
Que la couleur qui sait lui plaire. "



Jean-Pierre Claris de Florian, né près de Sauve à Logrian, le 6 mars 1755 et mort à Sceaux le 13 septembre 1794, est un auteur dramatique, romancier, poète et fabuliste français.
Revenir en haut Aller en bas
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-01, 12:04

Très joli joli j'adore les Arlequins!



Arlequin dans sa boutique

Arlequin dans sa boutique
sur les marches du palais
il enseigne la musique
à tous ses petits valets
à monsieur PO
à monsieur LI
à monsieur CHI
à monsieur NELLE
à monsieur POLICHINELLE
Il vend des bouts de réglisse
Meilleurs que votre bâton
Des bonshommes de pain d'épice
Moins bavards que vous, dit-on
à monsieur PO
à monsieur LI
à monsieur CHI
à monsieur NELLE
à monsieur POLICHINELLE
Il a des pralines grosses
Bien plus grosses que le poing
Plus grosses que les deux bosses
Qui sont dans votre pourpoint
Il a de belles oranges
Pour les bons petits enfants
Et de si beaux portraits d'anges
Qu'on dirait qu'ils sont vivants
Il ne bat jamais sa femme
Ce n'est pas comme chez vous
Comme vous il n'a pas l'âme
Aussi dure que des cailloux
Vous faites le diable à quatre
Mais pour calmer vot' courroux
Le diable viendra vous battre
Le diable est plus fort que vous

http://www.momes.net/comptines/carnaval/arlequin-dans-sa-boutique.html
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-02, 21:36

Quand Mars ouvre des yeux
Encore un peu peureux,
Le crocus en boutons
Parle aux petits bourgeons!
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-03, 06:00

Absence

Ce n'est pas dans le moment
où tu pars que tu me quittes.
Laisse-moi, va, ma petite,
il est tard, sauve-toi vite!
Plus encor que tes visites
j'aime leurs prolongements.
Tu m'es plus présente, absente.
Tu me parles. Je te vois.
Moins proche, plus attachante,
moins vivante, plus touchante,
tu me hantes, tu m'enchantes!
Je n'ai plus besoin de toi.
Mais déjà pâle, irréelle,
trouble, hésitante, infidèle,
tu te dissous dans le temps.
Insaisissable, rebelle,
tu m'échappes, je t'appelle.
Tu me manques, je t'attends!


Paul Geraldy ("Toi et Moi")
1885

Paul Lefèvre, dit Paul Géraldy, né à Paris le 6 mai 1885 et mort à Neuilly-sur-Seine le 10 mars 1983, est un poète et dramaturge français.
Il publie son premier recueil, Les Petites Âmes, en 1908, et connait un très grand succès populaire avec son second recueil, Toi et moi, en 1912.
Son théâtre est un théâtre psychologique traditionnel dans lequel il
met en évidence les relations familiales au sein de la petite
bourgeoisie intellectuelle de l'entre-deux-guerres.
Sa poésie est simple, parfois naïve et peut sembler aujourd'hui (2010) désuète (L'Abat-jour),
mais était novatrice à l'époque. Il obtint un succès net auprès d'un
public surtout féminin : un ouvrage de poésie est considéré comme un
succès quand il atteint les 10 000 lecteurs, Toi et moi en toucha un million. Il livre ses confidences avec des mots de tous les jours (Vous et moi).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_G%C3%A9raldy
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:37

Mmmmm, j'adore Paul Geraldy

Il a été mon livre de chevet très longtemps...

Allez, vous avez le temps, alors celuici est un long poème...Dans le livre il n'y avait que les deux premières strophes...

21 Février:

Le comte de la mi-carême
( Paul Verhaeren: Toute la Flandre)


Venant d'Espagne ou de Bohême
Au trot de son lent cheval blanc,
Passe, dans les villes du Brabant,
Le comte de la Mi-Carême.
Il va, là-haut, de toit en toit,
L'oreille au trou des cheminées,
Surprendre, avec sa haquenée,
Ce qu'on entend et ce qu'on voit,
Dans les maisons où les mioches,
Autour des foyers d'or, l'hiver,
S'instruisent, en des livres clairs,
Comme des gens de la basoche.

On l'aperçoit, les soirs de vent,
Par la lucarne à tabatière,
Longer les étroites gouttières.
Il vient et va, pousse en avant,
S'arrête, et puis revient encore ;
Son cheval suit tous les chemins
Qu'il lui suggère, avec la main,
Et quand parfois, au loin, s'essorent
Ses hauts galops silencieux,
Sa sueur blanche et son écume
S'entremêlent, comme des plumes,
Aux nuages qui vont aux cieux.

Où ne va-t-il - Dieu seul le guide,
Sur l'échiquier géant des tours
Et des pignons des carrefours,
Par les grand'routes translucides.
Ceux qui ne l'ont pas aperçu
Quand, vers le soir, sonnent les cloches,
C'est qu'ils eurent leurs yeux en poche.
Mais les enfants, eux tous, l'ont vu
- Prince de rêve et de fortune -
Traversant l'air superbement,
Avec sa bête en diamant
Et son manteau de clair de lune.

Son chef arbore un turban bleu
Comme le front d'un vieux roi mage ;
C'est un géant sur les images
Qu'on vend, dans les quartiers pouilleux
D'Hasselt, de Mol, d'Anvers, de Lierre ;
De sa main gauche, il tient des fouets
Et de sa droite, un lot de jouets
En bois léger, en carton-pierre.
Il en a plein trente paniers,
Il en a plein vingt sacs de toile,
Et l'on prétend qu'en chaque étoile
Il en a plein trois cents greniers.
Ils sont plus clairs que feux d'aurore,
Joyeux, naïfs - dites combien !
Ce sont les bons anges gardiens
Qui les taillent et les décorent,
Peignant, avec leurs menus doigts,
L'or des manteaux, l'azur des robes ;
N'employant rien que couleurs probes,
Colle tenace et raide empois.
Et ciselant chaque clochette
Pour arlequins et pour pierrots
Et pour chevaux qui vont au trot,
Immobiles sur des planchettes.

Ainsi lesté, ainsi chargé,
S'en va d'un pas, toujours le même,
Par les chemins des soirs légers,
Le comte de la Mi-Carême.
Il va du Weert à Saint-Amand,
De Saint-Amand vers Rupelmonde,
Pour revenir vite en Brabant
Et les jouets tombent comme grêle
Dans les foyers ouverts. Pourtant
Nulle oreille ne les entend
Frôler les murs de leurs bruits frêles.

Mais ils sont là, au matin dit,
Comme tous ceux de l'autre année ;
Les vieux recoins des cheminées,
Superbement, en sont garnis.
Dans le matin crépusculaire,
Les yeux aigus, les doigts errants,
On les recueille en adorant
On ne sait quoi de tutélaire ;
À moins que d'un regard furtif,
Dans l'ombre, d'où elles émergent,
On ne découvre un lot de verges
Pour les enfants qui sont rétifs.

Et c'est beau temps. Le printemps pâle
Sur les maisons et les vergers
Disperser au loin ses ors légers
Et ses argents et ses opales ;
Et les petits s'en vont, là-bas,
Comme en cortège et en parade,
Montrer gaiment aux camarades
Les jouets nouveaux reçus par tas,
Tandis que les malins échangent
Tel faux pierrot, tel clown suspect,
Sans tenir compte et sans respect
Du partage qu'ont fait les anges.
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:39

22 fevrier:


Théophile GAUTIER (1811-1872)
Sur le Carnaval de Venise III - Carnaval


Venise pour le bal s'habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé.

Arlequin, nègre par son masque,
Serpent par ses mille couleurs,
Rosse d'une note fantasque
Cassandre son souffre-douleurs.

Battant de l'aile avec sa manche
Comme un pingouin sur un écueil,
Le blanc Pierrot, par une blanche,
Passe la tête et cligne l'oeil.

Le Docteur bolonais rabâche
Avec la basse aux sons traînés ;
Polichinelle, qui se fâche,
Se trouve une croche pour nez.

Heurtant Trivelin qui se mouche
Avec un trille extravagant,
A Colombine Scaramouche
Rend son éventail ou son gant.

Sur une cadence se glisse
Un domino ne laissant voir
Qu'un malin regard en coulisse
Aux paupières de satin noir.

Ah ! fine barbe de dentelle,
Que fait voler un souffle pur,
Cet arpège m'a dit : C'est elle !
Malgré tes réseaux, j'en suis sûr,

Et j'ai reconnu, rose et fraîche,
Sous l'affreux profil de carton,
Sa lèvre au fin duvet de pêche,
Et la mouche de son menton.
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:41

23 fevrier:

Alfred de MUSSET (1810-1857)


A la mi-carême

I
Le carnaval s'en va, les roses vont éclore ;
Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon.
Cependant du plaisir la frileuse saison
Sous ses grelots légers rit et voltige encore,
Tandis que, soulevant les voiles de l'aurore,
Le Printemps inquiet paraît à l'horizon.

II
Du pauvre mois de mars il ne faut pas médire ;
Bien que le laboureur le craigne justement,
L'univers y renaît ; il est vrai que le vent,
La pluie et le soleil s'y disputent l'empire.
Qu'y faire ? Au temps des fleurs, le monde est un enfant ;
C'est sa première larme et son premier sourire.



Cliquer ici pour avoir le poeme en entier
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:43

24 Février:


"Quand j'habitais Alger, je patientais toujours dans l'hiver parce que je savais qu'en une nuit, une seule nuit froide et pure de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvriraient de fleurs blanches.Je m'émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer.chaque année, pourtant, elle persistait, juste ce qu'il fallait pour préparer le fruit."
"Quand j'habitais Alger, je patientais toujours dans l'hiver parce que je savais qu'en une nuit, une seule nuit froide et pure de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvriraient de fleurs blanches.Je m'émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer.chaque année, pourtant, elle persistait, juste ce qu'il fallait pour préparer le fruit."



Albert Camus
Noces
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:45

26 Février:



Pâle matin de Février
Couleur de tourterelle
Viens, apaise notre querelle,
Je suis las de crier ;

Las d'avoir fait saigner pour elle
Plus d'un noir encrier...
Pâle matin de Février
Couleur de tourterelle.


Paul-Jean TOULET (1867-1920)
(Recueil : Contrerimes) - Pâle matin de Février
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:46

27 Février:

Les feuilles pourront tomber,
La rivière pourra geler,
Je veux rire, je veux rire.

La danse pourra cesser,
Le violon pourra casser,
Je veux rire, je veux rire

Que le mal se fasse pire!
Je veux rire, je veux rire.

Jean Moréas
Le pélerin passionné
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:47

28 Février:


AUX CRÉNEAUX DE LA PLUIE



Aux créneaux de la pluie
Nous veillerons longtemps,
Soumis à ces villages
D'où l'on ne revient plus,
Plus haut que le sillage
Des Angélus lointains.

Approchez de la gare,
Bouleversée par les larmes.
J'entends les taupes crier
Sous la terre plus dure
Qu'un ciel de février
Ecorché par les murs.

Pitié pour cette terre…

Au chevet de l'enfant
Qui montrait des marmottes,
J'ai vu venir la mort
Qui s'arrêtait aux portes.
Vous parlez de la mort
Comme d'une aventure.
Elle est dans votre corps,
Elle épie vos blessures.
Elle est sous votre main
Comme un chien qui vous lèche
Et vous mordra demain…

Maurice FOMBEURE
A dos d'oiseau, "Silences sur le toit"
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:47

29 février (oui je sais on n'est pas une année bisextile, mais le livre a été édité pour être lu tous les ans....)

PFFFFfffff, obligé de l'écrire celui là.... il n'est pas sur internet!



C'est l'hiver; les vieilles, au dehors,
Vont, leurs tabliers pleins de bois;
Le vent gelé frappe à ma porte
Et comme un chat pleure à mon seuil.

Voici la nuit, l'heure s'écoule,
L'été s'enfuie dans le lointain,
Les branches veuves des platanes
Pleurent leurs feuilles sur le Cours.

Quand le foyer est plein de joie
Espérer le printemps n'est rien,
En écoutant la flamme gaie
Pétiller; mais la peine
Assombrit nos espérances:
Qui sait ce que sera demain?
Berce-moi dans ton souvenir,
Ô triste rêve d'autrefois.

Louis Brauquier
Je connais des îles lointaines
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:50

Théophile GAUTIER (1811-1872)


Premier sourire du printemps



Tandis qu'à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d'or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s'en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l'amandier.

La nature au lit se repose ;
Lui descend au jardin désert,
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,
Qu'aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l'oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d'argent du muguet.

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,
Il met la fraise au teint vermeil,
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d'avril tournant la tête,
Il dit : " Printemps, tu peux venir ! "


(Emaux et camées)
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 06:56

2 Mars 2011


Entre, cher Mars !
Combien je suis contente !
Je t'attendais.
Pose donc ton chapeau,
-Tu as du tant marcher-
Tu es à bout de souffle !
Cher Mars ; comment vas-tu ?
Et tout le reste ?
Tuas quitté la nature en bonne santé ?
Oh ! Mars, montons vite à l'étage,
J'ai tant de choses à te dire.


J'ai bien reçu ta lettre, et celle de l'oiseau ;
Les érables n'ont jamais su
Que tu venais -leur visage a rougi,
Je te le jure !
Mais Mars, pardonne-moi-
Et toutes ces collines que tu m'as données
A peindre ;
Je n'avais pas la pourpre qu'il fallait,
Tu l'as prise toute avec toi.


Qui frappe ? O, cet Avril !
Ferme la porte !
Je ne veux pas qu'on me poursuive !
Absent toute l'année, voilà qu'il se présente
Quand je suis occupée.
Mais les vétilles se font si futiles
L'instant où tu parais, que le reproche
Devient aussi cher que l'éloge,



Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 07:10

3 mars 2011


PIERRE DE RONSARD
(Odes)




SUR toute fleurette déclose
J'aime la senteur de la rose
Et l'odeur de la belle fleur
Qui de sa première couleur
Pare la terre, quand la glace
Et l'hiver au soleil font place.

Les autres boutons vermeillets,
La giroflée et les œillets,
Et le bel émail qui varie
L'honneur gemmé d'une prairie
En milles lustres s'éclatant,
Ensemble ne me plaisent tant
Que fait la rose pourperette
Et de Mars la blanche fleurette.

Que puis-je, pour le passe-temps
Que vous me donnez au printemps,
Prier, pour vous deux, autre chose
Sinon que toi, pourprine rose.
Puisses toujours avoir le sein
En mai de rosée tout plein,
Et que jamais le chaud qui dure
En juin ne te fasse laidure ?

Ni a toi, fleurette de Mars,
Jamais l'hiver, lorsque tu pars
Hors de la terre, ne te fasse
Pencher morte dessus la place ;
Mais toujours, malgré la froideur,
Puisses-tu de ta suave odeur
Nous annoncer que l'an se vire
Plus doux vers nous, et que Zéphire
Après le tour du fâcheux temps
Nous ramène le beau printemps !
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 07:15

4 Mars 2011

Théophile de VIAU (1590-1626)

Contre l'hiver




Plein de colère et de raison
Contre toi barbare saison
Je prépare une rude guerre,
Malgré les lois de l'Univers,
Qui de la glace des hivers
Chassent les flammes du tonnerre
Aujourd'hui l'ire de mes vers
Des foudres contre toi desserre.

Je veux que la postérité
Au rapport de la vérité
Juge ton crime par ma haine,
Les Dieux qui savent mon malheur
Connaissent qu'il y va du leur,
Et d'une passion humaine,
Participant à ma douleur
Promettent d'alléger ma peine.

Cérès ne voit point sans fureur
Les misères du laboureur,
Que ta froidure a fait résoudre
À brûler même les forêts ;
Les champs ne sont que des marais,
L'été n'espère plus de moudre
Le revenu de ses guérets,
Car il n'y trouvera que poudre.



Cliquez sur le poème pour l'avoir en entier...
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 07:22

5 Mars 2011


Tous nos arbres sont dépouillés,
Nos promenoirs sont tout mouillés,
L'émail de notre beau parterre
A perdu ses vives couleurs,
La gelée a tué les fleurs,
L'air est malade d'un caterre,
Et l'oeil du Ciel noyé de pleurs
Ne sait plus regarder la terre.

La nacelle attendant le flux
Des ondes qui ne courent plus,
Oisive au port est retenue ;
La tortue et les limaçons
Jeûnent perclus sous les glaçons,
L'oiseau sur une branche nue
Attend pour dire ses chansons
Que la feuille soit revenue.





(Ode)
Théophile de Viau
.... C'est une partie de la suite du précédent...
Si vous avez cliqué pour le lire hier, alors vous aviez déjà lu ces strophes...

Sinon, vous pouvez toujours cliquer sur le poeme pour l'avoir en entier...
Revenir en haut Aller en bas
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 07:26

Cool ben dis donc, tu t'es rattrapé là!
Je connais l'auteur Pierre de Ronsard comme poète, on l'avait étudié à l'école, oula ça remonte!

Jolis poèmes je repasserais ce soir pour lire le tout long! merci
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Duchesse
Pilier du Forum
Pilier du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2138
Age : 69
Localisation : Oupeye, Belgique
Emploi : Mami
Loisirs : Tricot
Date d'inscription : 31/01/2011

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 10:12

Beaux poèmes,mais il faut le temps pour les lires .
Je recommencerais un peu demain.
Bonjour a vous.
Revenir en haut Aller en bas
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-05, 23:23

Moi j'ai tout lu hier soir... Merci, certains poètes m'attirent plus que d'autres!

Le soleil est généreux
Il réchauffe la terre
Avec ses rayons lumineux
Il évapore la mer
Conciliant les nuages vers les cieux

Le soleil est chaleureux
En été, il rend les gens amoureux
En hivers, il rend le ciel nuageux
En printemps, tout le monde est heureux
En automne, il rend les gens monotone

Le soleil est très mystérieux
Un ballon de feu entre les cieux
Comme un volcan inépuisable
Comme un tableau agréable !

http://www.creapoemes.com/poeme/nature/204212/
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-06, 11:54

Dimanche 6 Mars

Berceuse Atoena


En rafales l'hiver déchaîne
Ses vents hurleurs sur le Yukon,
Et ,seul dans la forêt lointaine
Qui longe les monts Koyoukon,
Mon cher époux chasse le renne.

Xami,Xami,dors doucement!
Xami,Xami,dors,mon enfant!

J'ai brisé ma hache de pierre.
Bientôt je n'aurai plus de bois.
Les jours gris traînent leur lumière.
L'arbre se fend sous les cieux froids.
J'ai brisé ma hache de pierre.

Xami,Xami,dors doucement!
Xami,Xami,dors,mon enfant!

Ah! le soleil a fui la terre!
Et nous disons,hommes du nord,
Que sa chaleur est prisonnière
Dans la loge du grand castor.
Ah! le soleil a fui la terre.

Xami,Xami,dors doucement!
xami,xami,dors,mon enfant!

depuis longtemps la cache est vide.
Mes yeux,tournés vers les buissons.
Ne voient plus les corbeaux avides
Couvrir l'échafaud aux poissons.
Depuis longtemps la cache est vide.

Albert Ferland
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-07, 11:47

Lundi 7 Mars 2011


Le printemps de Luc Bérimont

Luc Bérimont (1915 -1983) "(...) passe une enfance heureuse dans Les Ardennes. Sa rencontre avec Jean Bouhier, fondateur de l'Ecole de Rochefort sera décisive. Il s'installe à Rochefort et se reconnaît pleinement dans ce cercle poétique où se nouent de profondes amitiés. Parallèlement à son œuvre de poète et de romancier il devient producteur d'émissions littéraires et musicales. Sa poésie, puisant sa force dans la nature traduit un rêve d'unité avec une allégresse traversée cependant par une certaine inquiétude". source : http://www.printempsdespoetes.com (poéthèque)

La nuit d'aube (extrait)

Une rose a percé la pierre de la neige
Une rose a percé la pierre de l’hiver
Galopez dans le ciel, chevaux blancs des cortèges
Une rose a percé la pierre de la neige.
Une rose a tremblé sur la paille, à l’auberge
L’ange au gantelet noir roule sous les sapins
Une rose a tremblé, plus frileuse qu’un cierge
La neige lacérait le ciel ultramontain.
Édifice du temps un enfant vous renverse
Une rose, une lampe, une larme au matin.
Il suffit d’un baiser qui réchauffe la neige
Et notre rose à nous brûle déjà ta main.
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte
Second
Second
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2604
Age : 61
Localisation : Aix en Provence
Emploi : Pharmacien
Loisirs : Penser
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-07, 12:09

C'est un beau soir de mars

C'est un beau soir de mars, rugueux et froid.
L'après-midi, quelques fragiles anémones
Ont fleuri toutes à la fois.
À cette heure tombe le soleil jaune.

Merles et grives
S'interpellent et se poursuivent
Et s'écoutent siffler à pleine voix,
Ou bien encore grincent et se chamaillent
Parmi les mailles
Des rameaux fins et divergents du bois.

Au ras du sol poussent les herbes
À petits brins, frêles et lisses.
La surface des eaux se plisse
Au vent acerbe.

Les villages, lavés par la neige et la pluie,
Au bord de la grand-route et des mares s'appuient
Et reluisent, de loin en loin, parmi les champs:
Tuiles rouges et volets verts et pignons blancs.

Emile Verhaeren
Revenir en haut Aller en bas
Eve
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10515
Age : 44
Localisation : Liège, Belgique
Emploi : Secrétaire commerciale
Loisirs : Mes enfants, l'informatique, l'art floral, les bijoux de perles
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Poème du jour   2011-03-07, 12:19

oui un auteur belge! Merci pour ces poèmes!
Revenir en haut Aller en bas
http://activitemanuelles.bbconcept.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poème du jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poème du jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» poème du jour
» bonjour ma belle poeme de jcl
» Si c’était le dernier jour
» Le lever du soleil un jour de printemps...
» Jour exceptionnel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Peinture, Musique, Littérature, Télévision, Cinéma, Informatique et Enseignement :: Littérature :: Le Poème du jour-
Sauter vers: